Bataille de la Moskowa

200,00 €
TTC Hors frais de port Livraison : 1 à 3 semaines

IMAGE D’ÉPINAL issue de GEORGIN. 

Bataille de la Moscowa.
Gravure en couleurs, 30,5 x 52. De la fabrique de Pellerin. Sous passe-partout.

Contexte de l'oeuvre :

La bataille de la Moskova, ou bataille de Borodino est une bataille opposant la Grande Armée commandée par Napoléon I à l'armée impériale russe menée par le feld-maréchal Mikhail Koutouzov. Elle a lieu le 7 septembre 1812 à proximité du village de Borodino, à 125 kilomètres de Moscou.

Les Français vainqueur font leur entrée dans Moscou une semaine plus tard, le 14 septembre, et y resteront jusqu'au 19 octobre, jour ou commence le retour, bientôt désastreux, de la Grande Armée. 

Quantité
Derniers articles en stock

Dernière fois que ce produit a été ajouté à un panier : 23/10/2017

  • Notre site fait l'objet d'un système de sécurisation.

Nous avons adopté le procédé de cryptage SSL, mais nous avons aussi renforcé l'ensemble des procédés de brouillage et de cryptage pour protéger le plus efficacement possible toutes les données sensibles liées aux moyens de paiement. Notre site fait l'objet d'un système de sécurisation. Nous avons adopté le procédé de cryptage SSL, mais nous avons aussi renforcé l'ensemble des procédés de brouillage et de cryptage pour protéger le plus efficacement possible toutes les données sensibles liées aux moyens de paiement.
  • Les produits sont livrés à l'adresse de livraison que vous avez indiquée au cours du processus de commande, au plus tard à la date indiquée sur la page de paiement avant validation de la commande par le client. Il est possible  d’être livré par le transporteur sélectionné. Les produits sont livrés à l'adresse de livraison que vous avez indiquée au cours du processus de commande, au plus tard à la date indiquée sur la page de paiement avant validation de la commande par le client. Il est possible d’être livré par le transporteur sélectionné.
  • Vous devez notifier au transporteur et à Galerie Histoire toutes réserves sur le produit livré (par exemple : colis endommagé, déjà ouvert...). Les oeuvre sont photographiées afin que le client puisse se rendre compte de l'état de conservation de celle-ci. Vous devez notifier au transporteur et à Galerie Histoire toutes réserves sur le produit livré (par exemple : colis endommagé, déjà ouvert...). Les oeuvre sont photographiées afin que le client puisse se rendre compte de l'état de conservation de celle-ci.

Texte de la gravure : 

Le 7 septembre 1812, avant le jour, Napoléon, suivi de ses maréchaux, reconnut les feux de l’ennemi et donna ses derniers ordres pour la bataille. A 6 heures du matin, toute l’armée se mit en mouvement : le général Sorbier commença le feu ; le général Plausonne s’empara de Borodino ; la division Compans, à la tête du 57e, s’empara de la redoute la plus rapprochée du bois ; les cuirassiers du général Latour-Maubourg renversèrent tout ce qui se trouva devant eux jusque derrière le village de Sminskoe. Cependant la grande batterie russe, quoiqu’attaquée avec vigueur par la division Morand, sous le feu roulant de 80 pièces de canon, était toujours occupée par l’ennemi : le vice-roi la fit attaquer de nouveau par la cavalerie de Caulaincourt, qui s’en empara : 21 canons furent le trophée de cette charge. Le prince Bagration se porta, avec une artillerie nombreuse, contre la division Friant, laissée devant le village de Sminskoe. Comme cette attaque menaçait de rendre incertain le résultat de la bataille, le maréchal Ney s’avança avec 80 pièces de canon, et porta la destruction dans les rangs russes. En vain Bagration ordonna plusieurs charges, ses masses vinrent échouer devant nous, comme pour rendre hommage à l’intrépidité française. Alors les Russes épouvantés se mirent à fuir de tous les côtés. La nuit mit fin à cette sanglante journée : de part et d’autre on avait tiré 120 000 coups de canon. Napoléon, au centre de son armée, paisible au milieu d’un brouillard de boulets, criait à ses soldats : « Conservez cette bravoure, qui vous a valu le titre d’invincibles. Et souvenez vous que j’étais à votre tete lorsqu’à Wagram nous enfonçâmes le centre de l’ennemi

Propriété de l’éditeur (Déposé)

De la fabrique de Pellerin, Imprimeur-Libraire à Epinal

Fiche technique

Hauteur
30.5 cm
Largeur
52 cm
Format du support de l'oeuvre
Gravure
Expertise de l'oeuvre
Maison Lhomme
Date d'achat de l'oeuvre
21/10/2017